Étiquettes

, , ,

hot_dogQuel lien fait-on entre les hot-dogs et la pertinence de faire vivre une expérience-client remarquable?

D’abord, une mise en contexte s’impose. Disons que dans notre famille, il s’est fait, au cours des dernières années, une certaine évolution en ce qui a trait à la bouffe : céréales de blé entier, pizzas végé, lait écrémé, couscous, tofu, légumineuses, beurre d’arachides nature… Bref, le bio et les fibres sont de plus en plus les vedettes de nos menus.

Qu’à cela ne tienne, je ne peux renier du coup de bonnes vieilles habitudes ancestrales comme le Nutella, le pouding au chômeur ou, été comme hiver, les traditionnels hot-dogs.

Mais, il y a un mais! Pouvait-on se déculpabiliser en y ajoutant quelque chose de santé ?  J’ai eu beau essayer les hot-dogs au poulet, au bœuf, naturels, même ceux au tofu, aucun ne ravivait mes souvenirs de jeunesse quand je mangeais les hot-dogs cuits sur le BBQ par mon papa. Et, malgré mes appels à la clémence répétés, le traditionnel pain à hot-dog blanc ne passait pas la douane de la « conseillère santé » de la maison.

Je me suis mis à la recherche d’une solution. Aucune suggestion ne parvenait à faire baisser la garde de la douanière, jusqu’au jour où, par un curieux hasard inattendu (ça, c’est rare!), je découvre des pains à hot-dogs faits de blé entier. Je me dis : « L’affaire est Ketchup! » J’achète. L’anticipation est à son MAX. Je présente ma superbe découverte à la douanière « conseillère santé », et, et… ça fait un WOW!

J’allume le BBQ, prends un petit houblon artisanal comme je les aime, ouvre l’emballage des pains à hotdog de blé entier……………………

Déception…..

Le pain est frais, certes, mais la découpe pour insérer mes saucisses est toute croche. Au lieu de la faire au centre, elle fait un ratio 1/8 — 7/8. 1/8 de pain à hotdog, c’est mince en titi! Impossible de mettre un hotdog dans le pain sans que tout s’effrite, s’émiette… Tous les pains sont ainsi coupés. Ils ont pris le bord, non pas de la poubelle, mais du compost.

Déception, colère, frustration. Désolé, mais on ne m’y reprendra pas. Fini l’achat de pains à hot-dog de blés entiers.

J’écris ce blogue quelques mois après l’événement et je n’arrive toujours pas à croire que quelqu’un ait autorisé que ce produit frais, mais inutilisable, se retrouve sur le marché. Je me suis dit : « On est capable de faire atterrir un satellite sur une comète à 405 millions de kilomètres, mais on n’est pas capable de trancher des pains à hot-dog convenablement! À croire qu’il y a un responsable qui a dû dire dans une réunion que ce produit-là n’avait aucun avenir et qu’il s’est arrangé pour avoir raison. Ou peut-être que c’est l’employé qui a décidé de laisser passer la batch pour éviter de se faire critiquer de l’avoir scrapé. Si c’était le cas, l’employé ne pensait certainement pas scraper mon expérience comme client en prenant cette décision. Il ne pensait certainement pas que moi je venais de le congédier à ma façon, en utilisant le seul et véritable pouvoir qu’un client a : celui de ne plus acheter le produit.

Comme quoi, l’expérience-client ce ne se résume pas qu’à l’expérience lors du contact client employé, mais que l’expérience-client, c’est l’affaire de tout monde dans une organisation.

Saviez-vous que 57 % du processus d’achat est complété au moment où le client prend contact direct avec votre organisation peu importe le canal!

Maintenant, je vais de ce pas envoyer un texto à mon chum pour qu’il m’invite chez lui, car chez lui, on peut manger des hot-dogs au pain blanc!